blacknews.fr

Queen Bey s’attire les foudres des défenseurs des personnes handicapées

Après Lizzo, qui a annoncé vouloir supprimer un mot litigieux dans son titre “Grrrls”, tiré de son dernier album, Special, le mois dernier, c’est autour de Beyoncé de faire face, ce week-end, à une levée de boucliers des défenseurs des personnes handicapées. 

 

Beyoncé a annoncé son intention de modifier les paroles de l’une des chansons de son nouvel album, Renaissance, suite à une vague de critiques. La chanteuse s’est attirée les critiques des défenseurs des droits des handicapés qui ont jugé l’utilisation d’un terme injurieux envers leurs semblables. Le titre en question, “Heated” est un duo avec Drake

“spaz”, le mot en question, est basé sur la diplégie spastique, une forme de paralysie cérébrale qui entraîne des déficiences motrices dans les jambes ou les bras, et a été utilisé comme une insulte envers les personnes vivant avec ce handicap.

“Le mot, qui n’est pas utilisé intentionnellement de manière nuisible et sera remplacé”, a indiqué le staff de Beyoncé dans un communiqué. Le lundi, lundi, un représentant de la chanteuse a confirmé qu’une nouvelle version de “Heated” sera disponible avec les paroles litigieuses modifiées, mais n’a pas donné plus de détails.

La bronca est partie de l’écrivaine australienne handicapée Hannah Diviney qui avait également épinglé Lizzo. “Alors @Beyonce a utilisé le mot “spaz” dans sa nouvelle chanson Heated. C’est comme une gifle pour moi, pour la communauté des handicapés et pour les progrès que nous avons essayé de faire avec Lizzo. Je pense que je vais continuer à dire à toute l’industrie de “faire mieux” jusqu’à ce que les insultes sexistes disparaissent de la musique”, a-t-elle déclaré sur twitter

Mais comme pour atténuer ses critiques, elle avoue dans The Guardian : “L’engagement de Beyoncé à raconter des histoires musicalement et visuellement est inégalé, tout comme son pouvoir d’amener le monde à prêter attention aux récits, aux luttes et à l’expérience vécue, nuancée d’être une femme noire – un monde que je ne pourrai jamais comprendre qu’en tant qu’alliée, et que je n’ai aucune envie d’éclipser”, a écrit Diviney. “Mais cela n’excuse pas son utilisation du langage ableiste – un langage qui est utilisé et ignoré bien trop souvent.”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Start typing and press Enter to search

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Votre inscription a bien été enregistrée ! Merci

%d blogueurs aiment cette page :