Le Parlement européen reconnaît l’esclavage comme « crime contre l’humanité »

Par la rédaction

 

C’est un vote historique. Avec 493 voix pour, 104 contre et 67 abstentions, l’Union Européenne est devenue la première institution internationale à proclamer l’Esclavage, la traite négrière et les crimes contre les Amérindiens comme « crimes contre l’humanité ». Les députés européens ont ainsi adopté vendredi 19 juin, la résolution, portée par l’eurodéputé réunionnais Younous Omarjee, qui reconnaît la traite de l’esclavage comme « un crime contre l’Humanité ».

 

« Il est important que le Parlement européen fasse un acte de civilisation« 

 

Dans une vidéo postée sur Facebook, le député Younous Omarjee rappelle que « l’esclavage est une question européenne ». « Cela ne concerne pas seulement la France, il y aussi l’Angleterre, le Portugal. Tous ont participé d’une manière ou d’une autre à ce commerce barbare (…) Je crois que c’est un vote important qui fait acte de civilisation », a souligné l’eurodéputé Younous Omarjee.

 

C’est en Europe que les pires théories de hiérarchisation des races sont nées

« Nous devons voir que cet événement renvoie à des siècles de domination des Noirs aux Etats-Unis et d’inégalité des conditions en Europe. Gardons à l’esprit que notre histoire européenne a toujours oscillé, comme une pendule, entre la barbarie et la civilisation. Que c’est en Europe, malgré la raison, malgré les Lumières, que les pires théories de hiérarchisation des races sont nées pour justifier les conquêtes, pour justifier l’esclavage, pour justifier la colonisation et pour justifier l’Holocauste ».

 

Younous Omarjee : « Emmanuel Macron a « commis une faute » en passant à côté d’un mouvement historique »

Dans une interview accordée à France Télévisions Younous Omarjee déclare :

l’Euro député Younous Omarjee

« D’évidence, le président de la République est passé à côté d’un mouvement qui est aujourd’hui mondial. Il était resté silencieux suite au crime raciste de George Floyd quand beaucoup de dirigeants dans le monde s’étaient exprimés, et en Europe, Angela Merkel elle-même. Parce que tout le monde a bien compris qu’il s’agit d’un mouvement planétaire pour faire avancer la lutte contre le racisme et les discriminations et que cela peut représenter un point de rupture, un moment historique. Le président de la République s’était abstenu d’intervenir dans le débat, on attendait donc tous avec beaucoup d’intérêt ses positions. Et à la surprise générale, il a eu un accès de violence réactionnaire en renvoyant tous les militants, tous les afro-descendants, les Ultramarins également qui sont engagés dans ces combats, sur des positions de séparatisme, de communautarisme. Je pense que cela n’est pas acceptable ».

 

L’inscription dans les programmes scolaires de « l’histoire des personnes noires et des personnes de couleur »

Au total, vingt-huit points sont abordés dans la résolution adoptée à une large majorité. Elle invite notamment les institutions et les États membres de l’Union européenne « à reconnaître officiellement les injustices du passé et les crimes contre l’humanité commis contre les personnes noires et les personnes de couleur ». Cela devra passer, entre autres, par l’inscription dans les programmes scolaires de « l’histoire des personnes noires et des personnes de couleur ». La résolution propose également de faire du 2 décembre une Journée européenne de commémoration de l’abolition de la traite des esclaves.

Written by admin