Le cinéma africain fait son festival à New York jusqu’au 6 décembre

La 27e édition du festival africain de New York sera encore virtuelle cette année

La Rédaction

 

La 27e édition du New York African Film Festival (NYAFF) se tient virtuellement  jusqu’au 6 décembre. Cette année, le NYAFF  qui met en lumière le Soudan et le Nigéria, et célèbre son 30e anniversaire, projettera six longs métrages et huit courts métrages dans la salle virtuelle du Lincoln Center Film.

 

 

Le Soudan, une scène cinématographique méconnue 

Le festival transportera le public au Soudan et au Nigeria, deux nations dont les industries cinématographiques ont été perturbées – au Nigeria par un déclin économique à la fin des années 1970 et au début des années 1980 ; au Soudan par la dictature de 30 ans d’Omar al-Bashir interrompu par le soulèvement de 2019.

L’événement comprend des films de certains des meilleurs réalisateurs de la dernière vague de cinéastes de chaque pays. Le NYAFF présentera deux des œuvres brillantes du cinéaste soudanais Ibrahim Shaddad : Hunting Party (1964) et Human (1994). Le documentaire acclamé de Suhaib Gasmelbari, Talking About Trees, capture les efforts de Shaddad et de ses amis ainsi que des cinéastes soudanais à la retraite Manar Al Hilo, Suleiman Mohamed Ibrahim et Altayeb Mahdi – chacun ayant été formé à l’étranger et dont le travail a été supprimé pendant des décennies par la censure islamiste après le coup d’État de 1989 – pour rouvrir un cinéma en plein air.

Le film Opening Night est le drame saisissant d’Amjad Abu Alala You Will Die at 20, qui a remporté le prix du Lion du futur « Luigi de Laurentiis » pour un premier film au Festival de Venise 2019 et la toute première entrée du Soudan dans la catégorie du meilleur long métrage international, pour la 93e cérémonie des Oscars à venir. Dans le film, un jeune homme, dont le saint homme du village a prophétisé la mort alors qu’il atteint sa deuxième décennie, a 19 ans.

 

 

Nollywood, l’autre cinéma

Nollywood, l’industrie cinématographique la plus prolifique du monde après Bollywood, est née de l’ingéniosité de créateurs travaillant malgré les difficultés économiques. Le film phare de la NYAFF est la projection du 40e anniversaire de Kadara (« Destin »), le premier film de feu Adeyemi Afolayan (connu sous le nom de Ade Love), considéré comme l’un des pères de Nollywood. Afolayan a écrit et joue dans ce film humoristique, qui capture la rivalité de deux hommes qui s’affrontent dans un concours de lutte pour prouver leur valeur pour la main de la belle princesse du royaume.

Dans Trois voleurs, la comédie nigériane d’Udoka Oyeka, trois amis engagés pour commettre un simple vol finissent comme kidnappeurs accidentels, tout en étant poursuivis par la police et le voleur dont ils ont pris le travail.

Programme et informations à suivre sur le site officiel du festival

 

Source : Amsterdamnews

Written by La Rédaction


Abonnez-vous à notre Newsletter !

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Votre inscription a bien été enregistrée ! Merci

%d blogueurs aiment cette page :