La baby-sitter « trahie par Borat », finalement dédommagée

Par Lise-Marie Ranner-Luxin

 

En ligne depuis le 23 octobre sur #Amazon Prime, #Borat 2 le film très politiquement incorrect de Sacha Baron Cohen qui ridiculise les protagonistes pour leur #racisme, avait fait croire à Jeanise Jones, la baby-sitter noire de 62 ans, qu’elle participait à un vrai documentaire sur une adolescente préparée à être vendue à un homme riche. Une cagnotte avait été mise en ligne pour la dédommager et finalement, devant l’émotion suscité, Sacha baron Cohen décide de faire un don à sa communauté religieuse.

 

 

Jeanise Jones : « Je pensais que c’était pour de vrai »

Borat 2 a été tourné à la façon d’un documentaire cet été alors que les mesures de confinement s’assouplissaient aux États-Unis. Dans ce deuxième opus, Borat, ce journaliste borderline originaire du Kazakhstan arrive aux Etats-Unis pour un reportage, et veut marier sa fille de 15 ans jouée par l’actrice Maria Balakova qui en a 24. Il demande alors à une église d’Oklahoma City, une baby-sitter chargée de veiller sur elle. Jeanise Jones, qui se prend d’affection pour la jeune fille essaie de la convaincre tout au long de la séquence de renoncer à l’opération de chirurgie esthétique que celle-ci est sensée subir, mais également au fait d’être vendue à un homme plus âgé. « J’avais l’impression qu’elle venait du Tiers-Monde et ce genre de choses arrive quand ils vendent des femmes. Je pensais que c’était pour de vrai, alors je me suis sentie un peu trahie par cela » a-t-elle déclaré au Post.

 

La production voulait une grand-mère noire « insolente » de 70 ans pour participer à un documentaire

Le pasteur Derrick Scobey, a déclaré que la production avait contacté l’église baptiste d’Ebenezer car elle avait besoin d’une grand-mère noire « insolente » de 70 ans pour participer à un documentaire, et son choix s’était arrêté sur Jones après avoir casté plusieurs fidèles. « On m’a dit que c’était un documentaire pour que cette jeune femme comprenne qu’elle a des droits et qu’elle peut faire tout ce qu’un homme peut faire », a déclaré Jeanise Jones. « J’ai ressenti de la douleur pour elle et j’ai essayé [de voir] s’il y avait un moyen de lui faire comprendre qu’elle n’avait pas besoin de faire tout cela », dit-elle. « Nous étions inquiets », poursuit-elle et « nous étions là-haut, en train de prier pour elle et de demander à Dieu de l’aider, et nous faisions ce que nous pensions être la chose chrétienne à faire » ajoute-t-elle très déçue.

 

Une page GoFundMe créée pour lui venir en aide récolte

Payée environ 3 600 dollars pour sa participation dans le faux documentaire, Jeanise Jones n’a appris la supercherie que lorsque son cousin lui a montré la bande-annonce du film. « J’étais juste un peu choquée que ce soit ce genre de film » dit-elle déçue. La grand-mère qui avait perdu son emploi qu’elle occupait depuis 32 ans à cause de COVID-19 a suscité l’émotion autour d’elle et le pasteur qui la décrit comme « La boussole morale du film », a déclaré que « Sacha Baron Cohen devait des excuses à Jones et une meilleure compensation pour son rôle dans le film ».

Le pasteur avait mis en ligne une page GoFundMe et près de 127.000 dollars ont été récoltés aux dernières nouvelles. Sacha Baron Cohen sans doute pris de remords, a fait depuis un don de 100 000 dollars à la Ebenezer Baptist Church, qui sera utilisé pour apporter de la nourriture et offrir un toit aux populations défavorisées de la ville.

Written by Lise-Marie Ranner Luxin