#JacobBlake. Les sportifs protestent et boycottent les matches

La Rédaction

 

Suite à la dernière bavure insupportable de la police sur Jacob Blake, encore un Noir qui a essuyé sept balles et qui serait paralysé, une vague de protestations secoue le monde de la NBA. Des mouvements de soldarité qui s’étendent à tout le sport américain. La nouvelle coqueluche du tennis mondial, Naomi Osaka (noire et japonaise) avait même envisagé de boycotter sa demi-finale de l’Open de Cincinnati avant de se raviser. 

 

 

Le cas Naomi Osaka

Naomi Osaka, née à Osaka d’un père haïtien et d’une mère japonaise, a fait son entrée dans le monde professionel en 2012. Déjà vainqueure des tournois d’Indian Welles (2018), de l’Us Open (2018) et de l’Open d’Australie (2019), elle a occupé la première place du classement WTA (l’association des joueuses de tennis).  Mercredi soir, la joueuse de tennis métisse noire et japonaise Naomi Osaka, 23 ans le 16 octobre prochain a surpris tout le monde en annonçant qu’elle se retirait de l’Open de Cincinnati, en  protestattion des violences policières survenues ces derniers jours. « Voir le génocide continu des Noirs des mains de la police me donne honnêtement des noeux à l’estomac », avait-elle déclaré.

Mais la décision des organisateurs du tournoi, qui ont choisi de ne faire jouer aucun match ce jeudi, a fait changer d’avis la Japonaise comme elle l’a confié au Guardian« Comme vous le savez, j’avais décidé de me retirer du tournoi pour protester contre l’injustice raciale et les violences continues de la police. J’étais, et je suis toujours, prête à laisser la victoire à mon adversaire. Cependant, après mon annonce et de longues discussions avec la WTA et l’USTA, j’ai accepté leur requête de jouer vendredi. Ils ont proposé de suspendre les matches jusqu’à vendredi et pour moi, c’est un bon signe envers le mouvement de protestation. Je veux remercier la WTA et les organisateurs du tournoi pour leur soutien. »

Barack Obama : « Je félicite les joueurs des @Bucks pour avoir défendu ce en quoi ils croient, les entraîneurs comme @DocRivers, et les @NBA et @WNBA pour avoir donné l’exemple. Il faudra que toutes nos institutions défendent nos valeurs ».

 

Les Bucks de Milwaukee à l’origine des mouvements

Dimanche, Jacob Blake, un homme noir de 29 ans, a été visé par sept balles dans le dos par la police alors qu’il tentait de pénétrer dans son véhicule à Kenosha, dans le Wisconsin. Cet événements a déclenché des mouvements de protestations et  l’indignation de tout le pays face à l’injustice raciale et à la brutalité policière. C’est l’équipe de basket des Bucks de Milwaukee qui a lancé la première salve en boycottant leur match de barrage à la suite de la fusillade policière contre Jacob Blake dans l’État d’origine de l’équipe. Une action qui s’est transformée mercredi soir en une vague de protestations similaires sur la scène sportive américaine.

Après la décision de l’équipe du Wisconsin, la NBA a annoncé qu’elle reporterait le cinquième match de trois séries éliminatoires différentes : Bucks contre Orlando Magic, Houston Rockets contre Oklahoma City Thunder et Los Angeles Lakers contre Portland Trail Blazers.
En quelques heures, trois matchs de la WNBA – la ligue féminine de la NBA- NBA , cinq de la Major League Soccer (football classique) et trois de la Major League Baseball ont été annulés car les athlètes ont agi en solidarité avec les joueurs des Bucks.

Le match des Bucks contre les Orlando Magic devait commencer à 16 heures à Disney World à Orlando. Les Bucks ne sont pas sortis de leur vestiaire avant le début du match.
Plusieurs joueurs de la NBA ont été interrogés sur l’éventuel boycott au cours des dernières 24 heures. Beaucoup ont dit qu’il était en cours de discussion.

 

Les grèves sont interdites en NBA

Les grèves sont interdites par la convention collective de la NBA, ce qui signifie que les joueurs des Bucks ont rompu leur propre contrat afin de protester contre l’injustice raciale et la violence policière.
Dans une déclaration publiée mercredi après-midi, les joueurs des Bucks ont déclaré qu’ils « demandent justice pour Jacob Blake et exigent que les officiers soient tenus responsables »
« Les quatre derniers mois ont mis en lumière les injustices raciales auxquelles sont confrontées nos communautés afro-américaines. Les citoyens de tout le pays ont utilisé leurs voix et leurs plateformes pour dénoncer ces méfaits », ont-ils déclaré dans une déclaration commune.
« Malgré l’immense appel au changement, il n’y a eu aucune action, c’est pourquoi nous ne pouvons pas nous concentrer aujourd’hui sur le basket-ball ».
Ils ont appelé l’assemblée législative du Wisconsin à « se réunir à nouveau après des mois d’inaction et à prendre des mesures significatives pour traiter les questions de responsabilité de la police, de brutalité et de réforme de la justice pénale ». Ils ont également encouragé les gens « à s’éduquer, à prendre des mesures pacifiques et responsables, et à ne pas oublier de voter le 3 novembre ».

 

« Le changement ne se produit pas avec de simples paroles ! Il se produit avec l’action et doit se produire MAINTENANT ! Pour mon
@IPROMISESchool
les enfants, les jeunes et les communautés de tout le pays, c’est aux États-Unis de faire la différence. Ensemble. C’est pourquoi votre vote est @plusthanavote ✊🏾 #BlackLivesMatter »

 

Les joueurs appellent à la justice sociale

Avant leurs mouvements, les joueurs avaient rencontré les parent de Jacob Blake, Julia Jackson et Jacob Blake, qui leur avaient demandé d’utiliser leurs différentes plateformes pour « encourager les gens à protester de manière non violente », a déclaré Patrick Salvi Jr, un avocat représentant la famille Blake à CNN. Une initaive qui avait déjà commencé en juillet dernier après les morts de George Floyd, Breonna Taylor -une ambulancière de 26 ans qui a été abattue à plusieurs reprises en mars par la police. – et les précédents Eric Garner et Sandra Bland. Lorsque la saison a repris en juillet, tous les joueurs de la NBA se sont agenouillés pendant l’hymne national, portant des maillots « Black Lives Matter » ; »Black Lives Matter » avait même été peints sur tous les terrains.

« Nous comprenons ce qui se passe dans la société en ce moment et nous utilisons cette plateforme de la NBA comme les joueurs, les entraîneurs, les organisations pour continuer à être forts sur ce point », avait déclaré LeBron James.

L’attaquant des Bucks, Sterling Brown, avait, à ce propos, raconté sa mésaventure dans un article pour The Player’s Tribune en juillet, avec la police en 2018 dans lequel il a été tasé et arrêté après une altercation due à une infraction de stationnement. La même année, il a intenté un procès à la ville de Milwaukee, au chef de la police et aux huit officiers impliqués dans son arrestation.

« La ville de Milwaukee voulait me donner 400 000 dollars pour me faire taire après que des policiers se sont agenouillés sur mon cou, se sont mis à ma cheville et m’ont tasé dans un parking », a écrit Brown le mois dernier. « Mais voilà le problème : je ne peux pas me taire. J’ai rejeté l’offre parce que j’ai la responsabilité d’être une voix et d’aider à changer le récit pour mon peuple. Pour ce faire, je dois raconter mon histoire. Le dialogue et les conversations sur les brutalités policières peuvent donc aider à influencer et à changer un système corrompu. Cela va plus loin que le simple fait de se garer illégalement ».

 

Source : CNN

Written by La Rédaction