Alicia Keys : « J’aurais pu finir prostituée ou droguée »

#AliciaKeys : « J’aurais pu finir prostituée ou droguée »

La Rédaction

 

A l’occasion de son nouvel album, « Gramercy Park », sorti vendredi, dans une interview au site The Guardian, #AliciaKeys dévoile sa vie et  sa carrière à travers les chansons préférées de son catalogue. Dans cette étonnante interview, elle y dévoile l’origine, le sens et la portée des titres qui ont jalonné sa magnifique carrière, parle de la survie dans les rues difficiles de New York et de ses luttes pour conserver ses valeurs. Elle admet aussi que sa vie est un rêve improbable qui se réalise, et qu’elle aurait très bien pu se retrouver dans la rue. 

 

 

Vouloir plaire à tous

Alicia Keys suggère que le fait de vouloir plaire aux autres est non seulement nuisible pour soi-même, mais qu’il l’est aussi pour l’autre. « Vous vous retrouvez à faire tout ce que vous pensez que la personne que vous aimez veut que vous fassiez. Vous vous trouvez à changer parce que vous essayez d’anticiper ses besoins, puis vous réalisez que la personne dont elle est tombée amoureuse n’est même pas vous », explique-t-elle. Elle raconte que son mariage avec le producteur Swizz Beatz, son mari depuis dix ans, est différent. « Nous sommes tellement liés et honnêtes l’un envers l’autre que nous sommes capables d’être complètement nous-mêmes. Mais c’est une nouvelle expérience ».

 


Voir aussi : Alicia Keys à Paris : la soirée intégrale

—————————————————————————————————————–

 

 

Une enfance dans un New York sombre

Alicia, a grandi à Hell’s Kitchen qui n’est pas celui le quartier bourgeois new-yorkais qu’il est aujourd »hui.  Hell’s Kitchen regorge aujourd’hui d’appartements à plusieurs millions de dollars, mais c’était très différent pendant l’enfance de la chanteuse.
« Le New York d’où je viens était très sombre, un quartier de désolation », dit-elle. À l’époque, Hell’s Kitchen « avait ce qui ressemblait à des cinémas, mais c’était des endroits pornos, avec des putes à tous les coins de rue ». Je devais toujours porter quelque chose de très large, très sombre, avoir toujours mes cheveux en arrière ; j’avais l’impression que si les gens me voyaient, ils pourraient essayer de me toucher. C’est pourquoi j’ai toujours été un garçon manqué… », explique-t-elle

 

 

Elle le raconte dans « Underdog », une chanson de l’album « profondément personnelle » co-écrite avec Ed Sheeran. Une ligne – « The hustlers trading at the bus stop / Single mothers waiting on a check to come (« Les arnaqueurs font du commerce à l’arrêt de bus / Les mères célibataires attendent un chèque [social] à venir ») » – traduit bien ce que la chanteuse aurait pu devenir.

« Je suis cette personne. Celle qui ne devait pas sortir de Hell’s Kitchen, qui devait finir prostituée, jeune mère à 16 ans ou droguée. Je suis celle qui aurait pu  être blessée ou tuée parce qu’elle était au mauvais endroit au mauvais moment », explique-t-elle.

« C’est pourquoi je comprends tellement bien ce que signifie avoir la force de suivre son propre chemin. Toutes les chansons que j’ai écrites et qui ont été considérées comme étant stimulantes ou édifiantes, je les ai écrites quand j’étais au plus bas. Parce que j’avais besoin de me rappeler : « n’oublie pas ça », poursuit-elle.

 

« Empire State Of Mind » (2010)

 

A propos de sa collaboration avec Jay-Z sur son méga hit « Empire State of Mind », Alicia dit  : « C’est incroyable – nous avons cet hymne moderne de la ville de New York. Mais je me souviens que la première fois que je l’ai joué en France, je n’avais pas besoin de chanter un seul mot. En écoutant la foule me le chanter, j’ai réalisé que cela n’avait rien à voir avec New York, mais avec l’espoir. Que vous pourriez avoir un rêve et qu’il pourrait peut-être se réaliser ».

 

« If I Ain’t Got You » (2004)

 

A propos de « If I Ain’t Got You », elle se souvient de Aaliyah.  En août 2001, la chanteuse de R&B Aaliyah a été tuée dans un accident d’avion. Keys dit qu’elle « se sentait vraiment proche d’elle, et j’étais si dévastée qu’elle soit morte – c’était si injuste et abrupt ». Cette chanson, sur l’inutilité des biens matériels si vous n’avez pas celui que vous aimez, « a jailli de moi » dans un avion après avoir entendu la nouvelle.

 


Lire aussi l’interview de Aaliyah sur blacknewsmagazine.com : Aaliyah, L’étoile Filante

—————————————————————————————————————

 

Une chanson au début destinée à Christina Aguilera jusqu’à l’intervention déconcertante de sa maison de disques, mais Keys devait encore l’enregistrer. « Il m’a fallu 300 façons différentes d’arriver à ce son que vous entendez aujourd’hui », se souvient-elle. « Ce n’était tout simplement pas vivant. Cette chanson était si bonne, mais nous n’avons pas pu la faire atterrir ». La solution a été de l’enregistrer en direct, puis de remplacer minutieusement chaque son de batterie par une programmation. « Personne ne veut entendre de batterie en direct sur un disque, pas depuis les années 70 », explique Alicia. « Peut-être dans les années 80. »

Sur ce titre Alicia raconte que l’argent ne fait pas tout. « Je ne veux rien du tout, si ce n’est pas toi, bébé » – pour capturer brillamment ce sentiment de ne jamais pouvoir dire à quelqu’un que tu l’aimes assez. Son message de rejet des bagues en diamant était-il une réaction à sa soudaine richesse ? « Je n’ai certainement jamais été quelqu’un qui se définit par l’argent », dit-elle. « Personne ne veut être incapable de se nourrir, ou d’offrir des opportunités décentes à ses enfants, mais j’ai rencontré beaucoup de milliardaires qui étaient sacrément misérables. »

Written by La Rédaction